Humanisme pur

Le texte plus bas est celui de la vidéo, pour ceux qui préfèrent lire. .

Petite réflexion pour une paix durable

On s'offusque des pogroms et autres génocides, mais l'on refuse de voir leur véritable cause... Sous l'effet de l'émotion, on s'empresse de déclarer inhumain, ce qui est pourtant une réalité humaine, une conséquence logique, et l'on s'interdit ainsi d'accéder à une véritable solution.
Pourquoi les guerres persistent-elles depuis si longtemps, alors que la solution est si simple, solution dont personne ne parle. Probablement parce que cette dernière suppose de penser en-dehors de la boîte, d'une boîte que beaucoup chérissent...
Quand on pense qu'il suffirait de quelques minutes de réflexion... purement logique et factuelle...

On pourrait penser que pour assurer la paix, il suffirait de respecter le droit de chaque peuple à disposer de lui-même, et de s'assurer qu'il reste dans ses frontières.

Sauf que les frontières ne sont pas toujours bien définies, bien reconnues, qu'il n'existe pas une définition absolue et objective de celles-ci. En cas d'accords officiels, tout le monde est-il vraiment d'accord ? Existe-t-il une autorité supérieure indiscutable ?
Un peuple est-il propriétaire d'un territoire du seul fait de son occupation actuelle ?
Auquel cas, il suffirait d'envahir un territoire pour en devenir propriétaire. Cela cautionnerait les invasions et la violence.
Mais alors, pour être propriétaire d'un territoire, combien de temps faut-il y être resté ? Et pour ne plus l'être, depuis combien de temps faut-il en avoir été chassé ? ou bien faut-il considérer un temps moyen d'occupation minimum ? mais moyenné sur quelle durée ? Tout cela est forcément arbitraire. Selon où l'on met la limite, les juifs sont chez eux en Palestine... ou pas ! Ils ont occupé ce territoire pendant 19 siècles (avec quelques brèves éclipses), avant d'en être chassés il y a 19 siècles (du moins pour la majorité d'entre eux)... Puis d'y revenir (faute de territoire propre) depuis bientôt un siècle.

L'Histoire est faite d'invasions multiples. Aucun peuple n'a jamais occupé un territoire de tous temps, de façon totalement paisible. De sorte que chaque humain est lui-même un mélange d'envahisseurs successifs. Ainsi un Français est un mélange de Gaulois et de Romains, puis de Wisigoths, de Burgondes, de Francs etc. Ce ne sont donc pas seulement les frontières qui ne sont pas clairement définies, c'est aussi les peuples eux-mêmes !
Peuples et frontières sont essentiellement des conventions culturelles discutables, et certainement pas des réalités éternelles.

Tout cela ne serait pas bien grave s'il n'y avait un autre problème.
Nous avons hérité, par la sélection naturelle, d'un fort instinct de défensivité voire d'agressivité tribale. Il suffit de voir l'acharnement avec lequel beaucoup se battent pour leur territoire, leur tribu... voire prennent hâtivement parti pour la tribu dont ils se sentent le plus proches.
Si l'on ajoute à ça la tendance à expliquer nos problèmes par des causes humaines mais éloignées de nous-mêmes, à généraliser, à se venger etc. On comprend qu'il résulte de ce morcellement tribal, un cycle éternel de guerres et de violences.

Comment en sortir, sinon en prenant conscience de cette réalité, et de ce que bien sûr nos "instincts" n'ont rien d'inéluctable. Notre comportement dépend aussi de nos idées, lesquelles peuvent être l'aboutissement d'une réflexion.
Au fond, nous aspirons tous à la paix, à une vie bonne, mais l'emprise de nos divers instincts nous en éloigne souvent. Il suffirait donc d'exercer notre raison au service de cette aspiration, et d'adopter les mesures résultant de notre analyse.
Se contenter de bonnes intentions et de nobles déclarations ne suffit pas, de même que les pourparlers et autres négociations. Depuis le temps, ça se saurait !
Il faut un véritable changement, au niveau des causes. Un changement psychologique.

Il y a conflit lorsque des humains s'attachent à des buts incompatibles entre eux. Ils ont alors intérêt à soumettre, effrayer voire éliminer l'autre. Tout à fait objectivement. D'où la violence, en Palestine ou ailleurs, qu'elle prenne la forme de massacres ou d'humiliations quotidiennes. Voilà la cause première qu'il serait judicieux de traiter : l'attachement à des objectifs incompatibles.
Bien sûr, il y a d’autres éléments déterminants, comme la disposition à haïr. Mais la haine est nourrie par la discorde, qui découle d’une situation de compétition, qui découle d’un attachement à des buts incompatibles...

Chacun devrait donc commencer par réfléchir au meilleur but à adopter, au lieu de poursuivre bêtement celui qui se trouve en son esprit à un moment donné, bien souvent implanté par la propagande qui l'environne.
Ainsi, chacun est libre de choisir la tribu à laquelle appartenir. Pour s'en convaincre, il suffit de constater que la diversité ethnique au sein d'une nation, n'y empêche nullement un fort patriotisme.
Le plus simple est d'en finir avec les divisions mortifères et de considérer que nous ne formons qu'une seule tribu ; une tribu présentant de la diversité, mais solidaire. Puis, de promouvoir l'humanisme, qui est la manifestation la plus sensée de l'amour et de la bienveillance. L'humaniste se donne pour but, une vie bonne pour chaque humain présent et à venir, sans discrimination aucune.
Plus l'humanisme sera répandu, moins il y aura de guerres, mais aussi de crimes, de tyrannies, de destructions environnementales etc. Une vie bonne ne coûte pas grand chose, elle est essentiellement le fruit de la sagesse : savoir apprécier ce qui est sous nos yeux, à notre disposition, plutôt qu'être éternellement insatisfait et jaloux, s'épanouir dans la solidarité, la créativité... Tout cela pourrait être au programme de l'éducation...

Une nation humaniste se préoccuperait donc d'assurer une éducation à la sagesse, à l'humanisme.
Aussi, elle s'assurerait de la satisfaction des besoins fondamentaux de chacun de ses membres, d'une juste répartition des ressources. Chacun étant moins contraint d'y lutter pour sa survie et sa sécurité, il y aurait moins d'égoïsme, et donc de compétition, et donc, de violence.
D'autant plus que l'on pourrait y valoriser l'altruisme plutôt que le pouvoir et la richesse.

Une nation humaniste peut commencer quelque part, une nation existante peut se déclarer comme telle, mais elle va naturellement s'étendre par accrétion et fusions successives, puisque logiquement unique.

Bien sûr, l'attachement aux passions mortifères est tel que d'aucuns ne manqueront pas de discréditer un tel projet. En entretenant le défaitisme voire des peurs injustifiées, en usant d'amalgames et de connotations infamantes. Heureusement, pour ne pas se laisser manipuler, pour aller au delà des apparences, pour trier le vrai du faux, le vraisemblable de l'invraisemblable, nous disposons d'un outil : la raison.
Il s'agit d'un ensemble de règles simple, à suivre scrupuleusement, le problème étant que de nombreux biais nous font brûler des étapes, d'où la nécessité d'une grande vigilance, d'une certaine humilité. La raison s’oppose au fanatisme. Elle permet d’éviter d’accuser des gens à tort, ce qui est une autre source de violence. Cet outil est d'autant plus précieux, qu'il permet de se mettre d'accord lorsque l'on partage un même but final... De quoi, donc, accroître la concorde mais aussi la liberté, au sein de la nation humaniste...
La démarche rationnelle y sera donc également enseignée voire son respect rendu obligatoire pour les délibérations collectives. Une démocratie véritable et efficace sera possible, où l'explication remplacera largement la contrainte.

Si la raison suppose de réfléchir suffisamment avant d'agir, elle implique aussi d'agir dès que les conclusions sont suffisamment solides, mais aussi d'expérimenter pour lever le doute, et ce d'autant plus qu'il y a urgence ou que l'enjeu est important.
La nation humaniste émergera au fur et à mesure que des humanistes se manifesteront et travailleront à son développement...
Espérons qu'elle croissent suffisamment vite, pour éviter une régression et une souffrance considérables. La transmission de ce message est donc cruciale...

DP (21-10-2023)

N'hésitez pas à me faire part de vos réactions, suggestions, interrogations, difficultés etc., ainsi que des fautes ou problèmes techniques que vous auriez rencontrés...

mail

Pour toute citation ou reproduction de textes de ce site, non destinée à un usage strictement personnel, merci de :

  1. mentionner vos sources (la page internet et, éventuellement, le nom de l'auteur)
  2. me prévenir (je pourrai ainsi vous informer des évolutions correspondantes).